Les années d’Université à Poitiers lui offrent la torride découverte de la vie nocturne, la mise en pratique de slogans comme « Sex & drugs & rock’nroll » (Ian Dury) et des questionnements situationnistes tel «Quel écran me protège de moi-même ? » (Raoul Waneigem).


En 1990, il part à Bruxelles pour intégrer l’école de cinéma l’INSAS, section son. Bardé de son diplôme Belge il s’installe à Paris. La question de Waneigem étant toujours présente, il fonde Le Garage Rigaud en 1996 avec Muriel Cravatte Cinéaste- accordéoniste. En 1999 le premier album du Garage Rigaud « Eponyme » voit le jour. Beaucoup de concerts. Puis un deuxième en 2004 « La Concession »

 

Il continue de chercher, revenant vers le théâtre par la musique. Le jeu le titille, il le pratique en Aquitaine (Betty Heurtebise/Cie La petite fabrique, Sonia Millot et Vincent Nadal/Cie Les Lubies, Laurence de La Fuente/Cie Pension de Famille, Jean-Luc Terrade/Cie Les Marches de l’été, Laurent Lafargue/ Cie Le Soleil Bleu) et en Bourgogne (Frédérique Cellé/ Cie Le Grand Jeté).


Tous ces bons crus le mène en 2010.

La question persiste. Il monte le projet « Apnée » avec les complices du Garage Rigaud, Christophe Gratien (batterie-Guitare) et Hugo Cechosz .

En 2013 il crée avec JC Quenon le duo "Ko'n'Rv", une belge proposition, où il joue de la guitare.

De 2015 à 2017 il joue des mots et de la musique dans "Lost In Tchekhov" (La Cerisaie) sous la direction de Catherine Riboli  et fait la création musicale de "La Machine à Révolte" d'Annick Lefebvre mis en scène par Jean Boillot. Il accepte de devenir chèvre dans "RAVIE" de Sandrine Roche, un spectacle jeune public de la compagnie Les Lubies, mise en scène par Sonia Millot et Vincent Nadal. Il fait aussi son malin sur 'La Vie Trépidante de Laura Wilson" de Jean-Marie Piemme, mise en scène par Jean Boillot,  avec sa guitare électrique en incarnant "la fille de l'affiche coca-cola". Tout ça pour soigner l'arthrose.

 

Poussé par le trop plein de chansons « up-tempo »  aux messages farceurs de la paix dans le monde et de l’écologie mièvre, naît son prochain projet "EPD"  (Electro Pop Dépressiv) .

 

 PAS DE REPONSE A LA QUESTION, alors  à presque 52 ans, ce vieux brigand décide, pour financer sa retraite, de partir seul sur les routes avec sa guitare pour promouvoir ses Chansons en bois, peut-être inutiles et non polluantes.